Nos

Actualités

La Région s’engage pour les transports du quotidien !

Alors que les réponses du gouvernement au grand débat se font attendre, Valérie Pécresse a proposé plusieurs pistes de sortie de crise pour réconcilier mobilité, écologie et pouvoir d’achat.

La Présidente de la Région Ile-de-France a demandé au gouvernement de baisser la TVA sur les transports de voyageurs de 10 à 5,5%. Il s’agit d’une mesure forte pour répondre au besoin de mobilité de nombreux franciliens et leur rendre du pouvoir d’achat. Cette mesure permettrait de faire baisser immédiatement les prix des titres de transport et aurait un effet positif sur la qualité de l’air et la pollution en incitant les franciliens à utiliser davantage les transports en commun. Comme l’a indiqué Valérie Pécresse « les questions de mobilité, d’écologie et de pouvoir d’achat sont au cœur des grands enjeux de la France de demain ».

Afin de fluidifier le trafic francilien, la Présidente de la Région a également annoncé une politique volontariste en faveur du développement du covoiturage en Ile-de-France pour les trajets du quotidien. Ainsi, les abonnés Navigo bénéficieront de deux trajets gratuits par jour, tandis que les conducteurs recevront entre 1,50 et 3 euros par trajet effectué. Ce dispositif, qui entrera en vigueur à partir du 1er mai et sera plafonné à 150 euros par mois, constitue « une aide financière très puissante à destination de tous ceux qui acceptent de covoiturer ». La Région continue donc d’être pleinement engagée dans la lutte contre les embouteillages, avec son plan anti-bouchons doté de 250 millions d’euros et un soutien vigoureux au covoiturage.

Valérie Pécresse a fortement dénoncé l’attitude du gouvernement qui oblige la Région Ile-de-France à accorder une réduction dans les transports aux étrangers en situation irrégulière pour 42 millions d’euros chaque année ! Alors que cette disposition constitue une véritable « prime à l’illégalité » pour des personnes qui n’ont pas vocation à rester sur notre territoire, le gouvernement refuse de laisser notre Présidente de Région mettre fin à cette situation. De même, le gouvernement ne s’est pas battu pour défendre les intérêts des franciliens à Bruxelles face à la Commission Européenne. Ainsi, à partir du mois de juin, la Commission refuse que les trains neufs commandés par Valérie Pécresse circulent sur le réseau francilien, alors même que 250 rames identiques y roulent déjà !

Une fois encore, la Région et sa Présidente payent le prix de l’inaction de l’Etat alors que notre majorité réalise des investissements sans précédent pour transformer radicalement les transports du quotidien.

 

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Valérie Pécresse sur BFM Politique.

Recevez nos
actualités