Nos

Actualités

Loi d’Orientation des Mobilités : La majorité LREM refuse l’amendement sur la suppression de la tarification réduite pour les étrangers en situation irrégulière

Cela fait maintenant 3 ans que nous demandons, avec Valérie Pécresse, Présidente de la Région Ile-de-France, la suppression de la tarification réduite pour les étrangers en situation irrégulière. Le gouvernement, qui nous avait pourtant donné son accord pour conditionner cette réduction à la régularité du séjour sur le territoire français, a laissé les députés LREM voter contre cette disposition.

Cette décision confirme une fois de plus les incohérences de la politique migratoire de la majorité et la duplicité du gouvernement qui ne respecte pas sa parole. Ce refus entre en contradiction avec l’acte II du quinquennat d’Emmanuel Macron censé laisser plus de libertés aux collectivités locales.

Sous l’ancienne majorité régionale, la gauche a mis en place une réduction de 75 % de l’abonnement transports pour les sans-papiers bénéficiaires de l’AME. Dès notre arrivée, nous avons abaissé ce tarif réduit à 50% mais l’ambigüité du texte de loi nous empêche de la supprimer complètement.

Ainsi, la République En Marche refuse de mettre fin à un cadeau de 50% du prix du billet qui est donné aux étrangers en situation irrégulière.

Aujourd’hui, ce sont plus de 117 000 étrangers en situation illégale en Île-de-France  qui sont concernés par ce dispositif. Or, ces derniers n’ont ni vocation à entrer sur le territoire national ni, évidemment, à y demeurer et par conséquent ne devraient pas bénéficier d’avantages pour prendre les transports.

Nous dénonçons ce laxisme du gouvernement au regard des étrangers en situation irrégulière qui constitue à la fois une charge excessive pour les finances publiques et pèse sur les franciliens. En effet, le budget consacré à cette réduction s’élevait en 2017 à 43 millions d’euros, soit 18 euros par an pour les détenteurs du Pass Navigo. Un chiffre qui devrait augmenter significativement au regard de la situation migratoire que connait la région Île-de-France.

Cette réduction représente une profonde injustice pour les franciliens qui gagnent à peine plus que les minimas sociaux et qui payent le prix fort. Supprimer ce tarif réduit est une mesure d’équité et de justice sociale. Rien ne justifie que les étrangers en situation irrégulière aient davantage de droits que les franciliens qui respectent les lois de la République.

Cette quasi-gratuité constitue une véritable « prime à l’illégalité » comme le souligne Valérie Pécresse, susceptible de créer un appel d’air vers la France pour les migrants irréguliers. C’est une nouvelle preuve de l’idéologie socialiste qui imprègne l’ensemble du groupe LREM.

Le gouvernement doit arrêter son double langage sur l’immigration. Il est temps qu’Emmanuel Macron mette en adéquation ses paroles et ses actes. Les discours fermes et martiaux sur les étrangers en situation irrégulière ne suffisent pas, il faut supprimer toute incitation de maintien sur le territoire pour ceux qui y séjournent illégalement.

Recevez nos
actualités