Nos

Actualités

Région dévoile l’acte I de son plan de relance post-crise.

La Région Ile-de-France vient de présenter son plan de relance. Après s’être affirmée comme un acteur majeur de proximité et de soutien depuis le début de la crise sanitaire, la Région veut amplifier son action et la planifier pour les prochains mois afin de jouer pleinement son rôle d’amortisseur de crise.

L’acte I est donc un plan de relance ambitieux, mobilisant plus de 1,3 milliard d’euros pour l’année 2020. L’Exécutif régional souhaite axer son action autour de quatre grands thèmes :

  • L’économie francilienne
  • L’emploi
  • La solidarité et la santé
  • La question environnementale

Ce plan de relance se veut donc global, sa philosophie se résume dans le fait que tous les secteurs doivent être soutenus afin de permettre une sortie de crise plus facile. Chacun des points du plan de relance va être développé ci-dessous.

Sur les 1,3 milliard d’euros engagés, 689 millions proviennent d’un redéploiement et 592 millions de crédits supplémentaires. Le plan sera présenté au suffrage des conseillers régionaux le 11 juin prochain dans le cadre du budget supplémentaire.

Aide aux entreprises et à l’innovation

Le plan de relance prévoit l’affectation de 640 millions pour l’économie et l’innovation. Cela se décline en 5 parties :

  • 506 millions pour aider les TPE-PME

Cela comprend 156 millions pour le fonds de solidarité pour remédier à une baisse brutale d’activité pour une entreprise.

250 millions sont affectés pour les prêts rebond à taux zéro (de 10.000 à 300.000 euros sur une durée maximale de 7 ans) visant à renforcer la trésorerie des TPE-PME.  Plus de 1200 prêts sont déjà en cours en cours d’instruction pour un montant moyen de 38.000 euros.

Enfin, on compte 100 millions d’euros de fonds résilience avec un guichet unique francilien soutenant la reprise des indépendants, libéraux et des structures de moins de 20 salariés.

  • 24 millions d’aides à l’innovation et à la relocalisation

Ils se déclinent en différentes affectations dont 11 millions pour PM’Up Covid-19 qui propose une aide allant jusqu’à 800.000 euros pour les entreprises fabriquant notamment des produits sanitaire de première nécessité (déjà 10 dossiers acceptés, 115 en cours d’analyse).

10 millions d’euros d’aide à la relocalisation pour aider les ETI-PME qui souhaitent rapatrier une partie de leur chaine de production.

3 millions d’euros pour le renforcement du chèque numérique à destination des artisans et commerçants et la création d’un chèque place de marché numérique pour les communes.

  • 75 millions pour soutenir les filières stratégiques et d’avenir

Ces 75 millions sont destinés aux secteurs de l’industrie de santé, de l’aéronautique, de l’automobile, de la construction durable, du numérique et de la cyber-sécurité et filière quantique.

A noter que 4,5 millions sont consacrés au soutien des agriculteurs franciliens.

  • 20 millions pour le secteur culturel

11 millions d’euros sont prévus en tant qu’aide d’urgence pour le spectacle vivant.

4,75 millions d’euros d’aides exceptionnelles pour garantir le maintien à 100 % du financement, même lorsque les structures sont fermées.

1,1 million en soutien des artistes et auteurs.

150.000 euros pour des chèques LIRE à destination des lycéens.

  • 15 millions pour le secteur touristique

Cela comprend l’aménagement et l’équipement des lieux touristiques pour les aider à la réouverture, la valorisation du patrimoine, la promotion du territoire francilien, le développement de l’offre territoriale….

Lutte contre le chômage et retour à l’emploi

L’Exécutif régional prévoit plus de 230 millions pour le doublement et la modernisation de l’offre de formation pour aider les chômeurs à retrouver un emploi.

On compte deux principales mesures :

  • Orienter vers les secteurs en tensions et d’avenir 

Ces secteurs sont le bâtiment, les travaux publics, la sécurité, le sanitaire et social, le numérique, l’agriculture-environnement.

Diverses mesures sont annoncées :

85 millions sont prévus pour alimenter le pacte régional d’investissement dans les compétences.

Le doublement des places de formation, de 20.000 à 40.000, et une aide de 1000 euros pour les chômeurs les plus éloignés de l’emploi et qui se forment à ces métiers.

La mise en place d’une plateforme en ligne « Ensemble pour l’emploi » pour orienter vers les métiers et les formations qui recrutent (partenariat avec StaffMe et Le Bon Coin).

Créer des plans de recrutement et de formation dans les métiers du numérique.

  • Moderniser l’offre de formation et soutien de l’apprentissage

La Région propose ici de financer des formations individuelles et rémunérées pour les demandeurs d’emploi (à hauteur de 6 millions d’euros) et également pour ceux qui souhaitent créer leur entreprise.

D’autres propositions sont faites notamment la création d’un chèque numérique de 100 euros pour les stagiaires dans des formations à distance, la création d’un appareil de formation innovant à distance, relance des classes « Passerelles » etc.

Pouvoir d’achat, santé et lutte contre les fractures

190 millions d’euros sont investis par la Région, pour encourager la solidarité, selon la répartition suivante :

  • 97 millions en faveur du pouvoir d’achat des jeunes et des familles

6,5 millions d’aide exceptionnelle sont proposées aux familles des lycéens boursiers (60 euros pour les lycéens n’ayant pas eu accès à la cantine pendant le confinement).

Pour lutter contre la fracture numérique, 80 millions sont consacrés à l’équipement d’une tablette gratuite pour chaque lycéen du public à son entrée au lycée. 

Pour les étudiants du supérieur, 5 millions sont affectés à la lutte contre la précarité, 5 millions à l’augmentation des bourses dans le secteur sanitaire et social etc.

  • 5 millions pour lutter contre le décrochage scolaire
  • 8 millions contre l’exclusion

Cette aide se divise en deux volets :

4 millions pour soutenir les acteurs associatifs du domaine de la solidarité (les grands partenaires de la Région solidaire).

4 millions pour le réseau des Maisons solidaires qui accueillent les sans-abris du métro.

  • 15 millions pour une politique du logement plus solidaire

La Région propose d’investir 4,7 millions pour le lancement de la Garantie immobilière solidaire qui facilite l’accès au logement pour les primo accédants.

10 millions sont consacrés pour relancer le secteur du logement.

  • 50 millions pour la santé, les soignants et la recherche

Plusieurs mesures sont proposées notamment l’élargissement du fonds d’équipement Covid-19 pour les professionnels de santé, la lutte contre les déserts médicaux et l’encouragement de la télémédecine (4,7 millions), l’affectation de 42 millions pour rémunérer les 18 000 étudiants infirmiers et aides-soignants qui se sont portés volontaires pour travailler durant la crise sanitaire, le soutien au programme Discovery etc. 

  • 15 millions pour les sports et les loisirs dans notre région

La Région a souhaité soutenir activement le secteur sportif francilien durement touché par la crise.

Relance écologique et transports

La Région veille à mettre en œuvre une relance écologique et participative. Le secteur des transports est en pole position dans ce domaine. Ce sont plus de 238 millions qui vont être consacrés à ces effets.

  • 208 millions pour une relance verte et participative

Pour faire repartir l’investissement public local, la Région propose 100 millions pour le budget participatif environnemental régional. Le dépôt des projets débutera en juillet.

30 millions sont investis pour poursuivre le plan de soutien aux énergies renouvelables, 70 millions pour la la 1 ère tranche du nouveau marché de rénovation thermique des lycées, 8 millions pour le plan vert qui vise à ouvrir des espaces boisés.

  • 30 millions pour des transports innovants et écologiques

Cela comporte plus de 300 millions pour le RER Vélo, 4 millions pour l’installation de bornes publiques de recharge pour les voitures électriques, 9 millions pour l’appel à manifestation d’intérêt fret et logistique.

Ce plan de relance n’est rendu possible que par plusieurs années de très bonne gestion financière par l’Exécutif régional. Depuis 2016 les investissements régionaux ont augmenté de 40% et malgré les conséquences de la crise sur les recettes régionales, la collectivité a les ressources pour proposer un soutien puissant aux Franciliens.

L’acte II du plan de relance sera dévoilé à la rentrée prochaine, il concernera notamment les domaines des transports, de la culture, de la recherche et de la construction.

Recevez nos
actualités